[Retour "Au Texte précédent"] [Vers "Bas de page" "] [Retour "Accueil"]


Aérodrome de La Vidamée


Plan de l'Aérodrome de La Vidamée qui devait servir de publicité
établi par les directeurs-propriétaires, MM. Pelletier et Bélier.




Vue aérienne de l'emplacement de l'aérodrome de La Vidamée (2009).



Aérodrome de La Vidamée - Ecole d'apprentissage ; Monoplan Borel




Le Cigare - Emile Ruchonnet




Les élèves officiers de l'Ecole Borel-Morane.




Transport d'un Borel à La Vidamée.




La Vidamée - Les Hangars -1915-.




La Vidamée -1915-.



[Retour "Au Texte précédent"
Emile Ruchonnet (1877-1912).

(qui habitait sur la place de Saint-Nicolas d'Acy,
où habitent actuellement Monsieur et Madame BARADA)


    Emile Ruchonnet, né le 29/08/1877 à Ouchy (Suisse), il avait le numéro de licence de pilote n° 127 (21 janvier 1910), il a commencé à voler sur un « Antoinette ».

    Il faut remonter à 1912, année où un certain Jean-Baptiste Salis qui a 16 ans, décolle de la place de Billom, dans le 63 (alias Puy-de-Dôme), à bord d'un « aéroplane » monoplace appelé « Libellule » acquis par son père et pourvu d'un moteur Clerget de 45 ch. Cet engin est dû à l'avionneur René Hanriot et à Emile Ruchonnet, précédemment chef d'atelier d'un autre grand nom de l'aviation de l'époque : Léon Levavasseur.

Il a également fait partie de l'usine Hanriot et conçu son propre avion appelé « Le Cigare ».

    Emile Ruchonnet a été président de l'Aréo-Club du Sud-Ouest, jusqu'a sa mort le 12/01/1910 survenu sur l'aérodrome de « La Vidamée » à Courteuil près de Senlis.




L'aérodrome de « La Vidamée »



« Poême... »
La Première Traversée de Bordeaux en Aéroplane.
Ruchonnet sur Monoplan «Antoinette».





Dans « LE PETIT JOURNAL » du samedi 13 janvier 1912, l'on pouvait lire :







L'événement était aussi relaté le 14 janvier1 1912








Monoplan Ruchonnet - Le Cigare





Monoplan Borel - Ecole d'apprentissage





John Verrept (1889-1912).
[Retour "Au Texte précédent"



[Retour "Au Texte précédent"
René Labouchère (1890-1968).






[Retour "Au Texte précédent"
Lieutenant Jacques Goüin (xxxx-1917).




[Retour "Au Texte précédent"
Marcel Brindejonc-des-Moulinais (1892-1916).




[Retour "Au Texte précédent"
Maurice Tabuteau (1884-1976).




[Retour "Au Texte précédent"
Victorin (Victor) Garaix (xxxx-1914).




[Retour "Au Texte précédent"
Jules Védrines (1881-1919).










[Retour "Au Texte précédent"
Emile Védrines (1887-1914).




[Retour "Au Texte précédent"
Leon Morane (1885-1918) - Robert Morane (1886-1968)
Raymond Saulnier (1881-1964).



Leon Morane et Raymond Saulnier en 1913.



Robert et Leon Morane en 1912.



Leon Morane en 1913.



[Retour "Au Texte précédent"
André Frey (1886-1912).




[Retour "Au Texte précédent"
Robert Grandseigne (1885-1961).




[Retour "Au Texte précédent"
Carmen Damedoz (xxxx-xxxxs).


    Carmen Damedoz était une aviatrice française, elle est titulaire du Brevet de Pilote n°1449 de l'Aéroclub de France daté du 5 septembre 1913 sous le nom de Carmen Damenoz.

Biographie :
    Carmen Damedoz était membre du groupe féminin Stella (Société Stella ou Aéro-club Féminin La Stella) regroupant les femmes aéronautes sportives.

    Elle passa son brevet de pilotage d'aéroplanes en 1913, sur un biplan Sommer. Son vol de test ne fut pas de tout repos. Lors de son premier huit, le moteur de 25CV perdit en puissance et l'aéroplane glissa au sol occasionnant de légers dégâts. Pour son second essai, elle pilota un Sommer équipé d'un moteur de 50 CV et passa son test avec brio.

    Plus tard, aux commandes d'un monoplan Gnome-Saulnier équipé d'un moteur de 50CV son moteur eu une défaillance mais elle remporta tout de même la médaille d'or du prix d'altitude féminin offert par le Senateur Reymond en atteignant 1020 mètres[1] ou 1050 mètres[2] selon les sources. Ce vol dura 38 minutes et se déroula sur l'aérodrome de La Vidamee.

    La revue L'Aérophile, en 1913, la décrit comme étant une des aviatrices les plus connues de son époque, son énergie et sa ténacité sont qualifiées d'exceptionnelles.

références :
[1] http://books.google.fr/books?id=_DDQsYkUZB8C&pg=PA230&lpg=PA230&dq=stella+femmes+a%C3%A9ronautes&source=web&ots=rDpRaY0v8A&sig=n52SrWC_xQ5nlHIOp7ydU4iJr98&hl=fr&sa=X&oi=book_result&resnum=1&ct=result#PPA221,M1

[2] http://www.flightglobal.com/pdfarchive/view/1913/1913%20-%201364.html


[Retour "Au Texte précédent"
Jean Bielovucic (Buelovici)(1889-1949).





[Retour "Au Texte précédent"
Lieutenant Louis Gaubert (1879-1959).



Lieutenant Fournier.



Lieutenant Boerner.



Dans « L'Abeille de la Nouvelle-Orleans » du samedi 3 février 1912,
l'on pouvait lire :



[Retour "Au Texte précédent"] [Vers "Haut de page" "] [Retour "Accueil"]