L'Aérodrome de la "Vidamée"


A l'approche de la Grande Guerre, l'aviation se développe avec une grande rapidité.

En 1910 : R. PELLETIER et R. BELIER créèrent l'Aérodrome de la "Vidamée - Chantilly", qui occupait 25 hectares au nord de Courteuil et de la voie ferrée Chantilly-Senlis, terrain que nous situons actuellement sur la gauche après le passage à niveau, quand nous empruntons la route reliant Saint-Nicolas à la route de Creil.

Ma Grand mère Emma, 4éme personne à partir de la gauche


Le terrain tirait son nom des vidames, commandant des troupes de l'évêque, Robert et Raoul de Senlis qui, aux XIIème et XIIIéme siècles, en avaient fait donation au Prieuré de Saint-Nicolas.

L'école de pilotage BOREL-MORANE s'y installa et de très nombreux spectateurs venaient voir évoluer d'illustres aviateurs tels VERREPT, GAUBERT, VEDRINES, vainqueur de la cource PARIS-MADRID, resté célèbre pour son attérissage sur le toit des Galeries Lafayette en 1919, TABUTEAU et surtout GUYNEMER, qui firent les beaux jours de cet Aérodrome.

L'aviateur RUCHONNET., qui habitait sur la place de Saint-Nicolas, où habitent actuellement Monsieur et Madame BARADA, s'y tua malheureusement en 1912.

SAULNIER y venait très souvent en compagnie de son associé MORANE.

SAULNIER possédait le château de Pont-Sainte-Maxence qui(pour la petite histoire) brûla le jour de la communion de sa fille, et c'est donc, presque en voisin qu'il venait ainsi à la Vidamée.

Le succès de cet Aérodrome était tel que de vastes hangars ainsi qu'un restaurant y furent construits.


Le terme restaurant est peut-être un peu pompeux, puisque les gens du pays l'appelèrent la "CABANE BAMBOU", et c'était en fait une annexe du Café de Saint-Nicolas.

En 1913, l'Armée de l'Air eut l'autorisation d'utiliser le terrain et le 18 juin de cette même année, la Duchesse de CHARTRES, qui habitait au château de Saint-Firmin, conclut, sans le savoir, l'histoire de la Vidamée en venant voir attérir le Biplan MAURICE-FARMAN, qu'elle avait offert à l'escadrille de VERDUN.



La Grande Guerre s'annonçait. Les aviateurs allaient évoluer dans des cieux moins cléments, et ainsi finit l'activité brève, mais riche de l'Aérodrome de la "VIDAMEE-CHANTILLY".

De nombreux renseignements trouvés dans l'excellent livre de M. Jean-Paul BESSE : "Chantilly dans l'Histoire", nous ont permis de raconter cette page d'histoire de notre commune.





"Bulletin Municipal - premier semestre 1990"
["CLIC" Pour voir quelques coupures de presse et cartes postales concernant l'aérodrome de "La Vidamée"]



[Retour "Histoires locales"] - [Retour Accueil]